Sieeom Sudquercy

Acceder au contenu

Accueil / Le tri / Compostage individuel / Comment composter ?

Slectionnez une catgorie

Comment composter ?

Quelle technique utiliser ?

Il existe deux manières pour composter à la maison :

  • En tas : procédé simple ; il suffit d’apporter vos déchets dans un coin isolé du jardin. Cette technique a pour intérêt de ne pas avoir de limitation de volume. Il est donc conseillé de composter principalement vos déchets verts (branches en copeaux et tonte de gazon).En contre partie, votre compost peut attirer les animaux et sera soumit aux différentes intempéries tout au long de l’année (froid, sécheresse). Veillez  donc à l’installer le plus à l’abri possible. Le temps de compostage sera plus long qu’avec un composteur.
  • En composteur : il a pour intérêt de cacher les déchets compostés et de les isoler des animaux et du climat (en particulier de la pluie). Le SIEEOM propose à ses administrés des composteurs de 400 L en plastique recyclé. Il est toutefois possible de construire votre propre composteur grâce à des planches en bois. Ainsi, vous pourrez adapter le volume à vos besoins.

Plan d'un composteur fait maison

 

Où composter ?

Le lieu où vous allez installer le compostage doit être réfléchi à l’avance pour éviter les nuisances et assurer un bon développement des micro-organismes.

Installez-le :

  • A mi-ombre sous un arbre ou un arbuste de préférence pour éviter qu’il sèche au soleil,

  • Facilement accessible pour apporter vos déchets et pour mélanger votre compost,

  • Suffisamment éloigné de la maison pour ne pas être gêné par les nuisances (ex : odeurs et moucherons),

  • A même la terre pour profiter des animaux du sol qui vont participer au processus de compostage.

 

Quels déchets ?

Il existe différents types de déchets que l’on peut composter :

  • Les déchets de cuisine (ex : les épluchures de légumes)

  • Les déchets du jardin  (ex : les branches et la tonte)

  • Les déchets du quotidien (ex : le papier essuie-tout)

De plus, chaque déchet a ses propres caractéristiques :

  • Sec : il est riche en carbone mais seul, il ne se composte pas (ex : Papiers, branches, sciure)

  • Humide : déchet souvent très azoté, l’eau qu’il contient aide à la décomposition. Trop humide, il se tasse et s’asphyxie ce qui engendre des écoulements de jus et d’odeurs (ex : Déchets de cuisine, tonte de pelouse)

  • Grossier : il laisse passer l’air mais est il se composte lentement (ex : branches de bois)

  • Fin : il se composte rapidement mais ce tasse facilement si l’on n’intervient pas (ex : déchets broyés, sciure, déchets de cuisine, tonte de pelouse)

Il est intéressant de les apporter dans le compost de manière équilibrée : les secs avec les humides et les grossiers avec les fins. Les  micro-organismes pourront ainsi se développer et décomposer les déchets plus rapidement. De plus, votre compost sera de meilleure qualité.

Une autre caractéristique des déchets concerne leur teneur en Azote et en Carbone.  Veillez là encore à varier vos apports. Voici une liste non exhaustive des déchets que vous pouvez composter avec leur humidité, leur teneur en matière Azotée et Carbonée :

Autres déchets ; le marc de café avec son filtre, les sachets de thé, les coquilles d’œuf préalablement brisées, cendres de bois, le papier essuie-tout, les petits cartons et papiers non imprimés.

Déchets à éviter ; les matières non dégradables, (plastiques, métaux, verre), les déchets toxiques, les épluchures d’agrumes, les végétaux traités, les sacs d’aspirateur et les balayures de la maison.

 

L’humidité et l’oxygène

Bien composter, c’est avant tout intervenir régulièrement dans le processus de compostage. Les actions doivent répondre aux besoins en eau et en oxygène des micro-organismes responsables de la décomposition. Il est donc important de rendre visite à son compost pour vérifier s’il ne manque de rien !

Mélangez et aérez régulièrement votre compost :

  • En surface sur 10 cm lors de votre apport de matière fraiche. Cela permettra de composter plus rapidement les nouveaux déchets.

  • En profondeur, deux fois par mois.  Pour bien aérer tout le compost et accélérer le processus.

Vérifiez régulièrement l’humidité du compost :

  • Trop humide, cela ralenti l’action des organismes et engendre des jus et des mauvaises odeurs. Apportez des déchets secs et laissez ouvert le couvercle du composteur (sauf par temps de pluie).
  • Trop sec, le compostage ne se fait pas. Laissez ouvert le couvercle, apportez des matières plus humides et arrosez-le si nécessaire.

Si le problème persiste réfléchissez à un nouvel endroit du jardin pour votre compostage.